Shame

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Steve McQUEEN (II)
Acteurs :
  Michael Fassbender, Carey Mulligan, James Badge Dale, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 40
Date de sortie :
  07/12/2011
Titre original :
  Shame
 
Note "critique" :
  2,83
 Classement 2011
  92 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
Brandon, la trentaine, est obsédé par le sexe. Une addiction qu'il tente de cacher à sa jeune soeur venue cohabiter avec lui. Une passion destructrice qui cache une profonde solitude, orchestrée par le réalisateur de "hunger".
.O.

Xavier
@

.O.
08/12/2011
Je dois avoir un problème avec les film de mister McQueen puisque j'avais déjà été déçu par son premier long métrage, "Hunger" qui avait reçu des prix et louanges dans de nombreux festivals à l'image de ce "Shame" (prix d’interprétation pour Michael Fassbender à la Mostra de Venise ) qui a eu les honneurs des festivals et ne se gêne pas pour mettre sur son affiches 4 mots écrits dans diverses critiques : « chef d’œuvre », « provocant », « hypnotisant » et « inoubliable ». Tout un programme….

Un acteur qui n’hésite pas à se mettre à poil (en même temps, les actrices le font couramment et personne ne leur dresse de laurier pour ça…) et qui réussit quasiment tout ce qu’il entreprend mais se trouve bloqué dans une vie régie par ses pulsions sexuelles et son boulot… une actrice (Carrey Muligan, la jeune fille en fleur du superbe "une éducation") que j’apprécie beaucoup en petite sœur dépressive qui loupe quasiment tout ce qu’elle entreprend pour un portrait d’une jeunesse à la dérive qui a fait se pâmer les critiques à l’instar d’un « Drive » qui m’avait lui aussi laissé à quai.

La faute à des personnages qui m’ont laissé froid et une mise en scène qui manque de liant : McQueen semble avoir envie de nous proposer des tableaux, des plans qu’il a pris plaisir à faire mais qui tournent à vide, ce qui n’aide pas à rentrer dans la vie de ses personnages. Vous me répondrez que c’est exactement le problème de ces deux personnes : elles sont renfermées sur elles-mêmes, incapable de quitter leur démons intérieur et filant droit dans le mur… ce qui n’est pas faux mais il faut pour qu’un film soit réussi un minimum d’implication du spectateur et là je me suis senti totalement extérieur ce qui explique ma note éloignée de celle des critiques (à part celle du « cahier du cinéma » lol).

Aurez-vous plus de chance ? Je vous le souhaite car sinon vous risquez de passer une centaine de minutes bien bien longue…
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # (+)
.O.
Au-delà de la névrose, c'est bien l'extrême solitude de cet homme dépossédé de lui-même qui nous laisse K.-O. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil