Rien à déclarer

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Dany BOON
Acteurs :
  Benoît Poelvoorde , Dany Boon , Julie Bernard , ….
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  02/02/2011
Titre original :
  Rien à déclarer
 
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2011
  81 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
1er janvier 1993, date fatidique pour les douaniers : le passage est désormais libre en Europe. Ennemis intimes, deux fonctionnaires, l'un belge, l'autre français (amoureux de la sœur de son collègue), dont le poste frontière ferme, sont réunis dans une brigade volante franco-belge. Sur fond de racisme, une histoire d'amitié.
.O.

Xavier
@

.O.
12/02/2011
Passer après le phénomène « Bienvenue chez les Chtis » était casse gueule et Dany Boon le savait. Il a donc claironné sur tous les toits qu’il ne ferait pas un N°2 ce qui, à la vue du film, n’est pas si criant…

C’est dommage car il y avait de quoi faire avec un sujet en or massif : français et belges s’adorent autant qu’ils se détestent et la fable sur le racisme aurait pu aller très loin, le réalisateur faisant habilement remarquer que l’on accepte « beaucoup plus facilement de voir à l’écran des critiques et autres coups entre un belge et un français, qu’entre un juif et un musulman ou un noir et un blanc ». L’occasion de se lâcher pour montrer l’absurdité de ces situations ? Surement… mais avec une telle envie de « plaire à tout le monde », qu’au final on se retrouve à l’écran avec l’équivalent d’un fromage pasteurisé… ça ne déborde pas, ça plaira au plus grand nombre puisque… ça n’a pas de gout !

Dany Boon joue la carte du premier degré quasi constamment, ce qui rend prévisible les actions de ses personnages et leurs blagues. Du coup, les rires sont rarissimes, une seule blague, plus subtile que les autres me faisant vraiment sourire, avant que le personnage de Boon ne mette son poing dans la figue du personnage de Poelvorde.

Est-ce que seule la violence physique ou l’agression verbale permet de pourrir la vie de quelqu’un ? Boon semble le penser dans son film alors que les exemples de coups bas et sournois, dans la vie de tous les jours, montrent que l’agression « directe » n’est pas la forme la plus redoutée des méchancetés.

Coté personnage, celui de Poelvoorde est tellement antipathique que ce dernier réussit un exploit en le rendant « acceptable » à l’écran et celui de Dany Boon est tellement effacé qu’on aurait envie de ne plus le voir. Ajoutez à cela l’histoire d’amour impossible en mode « Roméo et Juliette » franco-belge et vous obtiendrez un nombre de clichés assez astronomiques :-(

Que faut-il sauver du film ? Pas grand-chose tant l’impression de gâchis est grande : Boon sera surement en tête du box-office 2011 après avoir dominé celui de 2009 mais je me demande ce qu’il restera de ces films dans quelques années ? J’espère pas grand-chose, sinon cela présage de sombres heures pour les spectateurs car, personnellement, j’attends beaucoup plus d’une comédie !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
Boon reprend la même recette thématique de Bienvenue chez les Cht'is, prônant l'ouverture aux autres et luttant contre les préjugés. Il ne renouvelle pas pour autant le miracle de son précédent film. Des lourdeurs sont à déclarer (la dope coincée dans les fesses d'un dealer) et le récit ne franchit pas toujours la douane de l'émotion. Néanmoins, cette comédie respecte son contrat : titiller les zygos grâce à un humour qui devrait traverser les frontières.  
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil