Never let me go

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Mark ROMANEK
Acteurs :
  Carey Mulligan, Andrew Garfield, Keira Knightley, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  02/03/2011
Titre original :
  Never let me go
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2011
  46 / 104

Résumé :
.O

xx

.O
Des enfants, pensionnaires d'une institution isolée, se lient d'amitié, puis d'amour. A l'âge adulte, ils découvrent la raison de leur existence et en sont à jamais bouleversés... Triangle amoureux et reflexion sur l'être humain : un conte métaphysique, adapté du roman de Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours".
.O.


Xavier
@ @ (-)

.O.
09/03/2011
Never Let Me Go fait de la science-fiction dans le passé, ce qui est plutôt malin quand on veut se concentrer sur le thème de l’histoire plutôt que sur les décors du film. En choisissant une idée de départ crédible,il y avait de quoi permettre une belle réflexion sur la façon dont on compte utiliser les progrès de la médecine dans les années à venir.

Ajoutez à cela un casting des plus sympathiques avec, pour entourer ma petite chouchoute du film « une éducation » (à voir absolument !), d’un coté l’une des révélations du dernier film de David Fincher « the social network » (à voir également !) et de l’autre Keira Knightley que l’on ne présente plus.

Tous les indicateurs seraient au beau fixe et pourtant le film n’arrive pas à convaincre. Ce n’est pas le coté déprimant donné par un film qui est « d’une tristesse continue » comme je l’ai entendu dire par l’un de mes voisins à la sortie de la salle, mais plus surement cette impression de superficialité dans le traitement du sujet qui laisse de nombreux regrets.

Que ce soit la prise de conscience lorsqu’ils sont petits, la recherche de l’original de l’un d’eux, leur origine évoquée subrepticement, la façon dont le sort de ces personnes est perçu par ceux qui profitent du système ou encore les rapports que les uns ont avec les autres…. Le champ d’exploration est quasi infini et le film se contente d’un triangle amoureux mélancolique avec un acteur qui joue pour la seconde fois la partition du « benêt qui subit un peu ce qui se passe autour de lui », une Keira Knightley en mode pimbêche qui s’humanise sur la fin et, heureusement, ma petite Carey Mulligan qui regarde tout cela d’un air désabusé.

C’est donc profondément déçu que je suis sorti de la salle de cinéma mais je suis convaincu que la lecture du livre s’impose car je ne peux pas croire que l’auteur du bouquin ait pu laisser tant de pistes sans suites….

Enfin, je vous dirais cela quand je l’aurai lu mais en attendant, vous pouvez toujours voir ce film qui soulève de nombreuses questions qui deviendront peut-être d’actualité plus rapidement que l’on pourrait le penser (pour avoir lu la critique de Télérama après avoir vu le film, apparemment la réalité a rejoint la fiction en début d’année !!).
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Pour nous attacher encore plus à ses personnages, Mark Romanek a mis l'accent sur l'histoire d'amour du trio. Il faut dire qu'il est interprété sur une belle note grave par la crème du jeune cinéma anglais : Keira Knightley, Carey Mulligan et Andrew Garfield. Certes, leurs atermoiements font parfois un peu "comédie romantique" et tranchent avec la réflexion éthique que devrait entraîner le propos. On peut s'en agacer. Mais Never Let Me Go est surtout une manière de nous amener à nous interroger sur nos vies. Et si tout ça était déjà en train d'arriver ? 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil