Limitless

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Neil BURGER
Acteurs :
  Bradley Cooper, Robert De Niro, Abbie Cornish, ...
     
Genre :
  Science-Fiction
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  08/06/2011
Titre original :
  Limitless
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2011
  50 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
Un homme, qui se rêve écrivain mais est incapable d’écrire une ligne, découvre un produit puissant qui décuple ses capacités intellectuelles. Il lui permet également de s’enrichir à Wall-Street mais attire sur lui l’attention de certains, très intéressés par cette drogue. Un thriller fantastique.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
09/06/2011
Je ne connaissais rien de ce film avant de l’intégrer à mon programme « ciné rattrapage » (un mois sans fréquenter les salles obscures ? ça n’a pas du m’arriver depuis un bon moment !). Ai-je fait une bonne pioche ? Pas vraiment.

Si l’histoire est intéressante, son traitement très « clip » avec ses longs zooms pour nous montrer que le héros voit plus loin que la moyenne m’a bien fait rire et l’utilisation démesurée de musique à plein tube m’a plus saoulé qu’autre chose.

Le film avait pourtant des atouts et son histoire aurait pu servir de support à une réflexion sur les addictions aux produits dopants, dans tous les milieux (car je doute que le cyclisme soit le seul sport touché par ce genre de problème !).

En mettant en avant des facultés intellectuelles décuplées, le scenario propose à quasiment tous les spectateurs une piste de départ crédible (qui refuserait cela ?) mais son exploitation est assez binaire : ça vous fait devenir aimé de tout le monde puis ça vous tue ? vive le juste milieu ! Le film évoque pourtant quelques pistes intéressantes, en expliquant que la pilule n’agit pas de la même manière sur toutes les personnes qui l’utilise mais cela passe rapidement à la trappe, au profit d’autres histoires moins intéressantes.

Le coté « dépendance » et effets secondaires est également traité par-dessus la jambe tout comme l’utilisation de cette pilule miracle par des gens mal intentionnés. C’est là que le film perd de son intérêt : comme toute invention «révolutionnaire », la portée théorique est souvent détournée au profit du… gain pour certain ou l’exploitation des autres. J’ai pensé à un épisode d’Astérix et Obélix où Panoramix donne de la potion magique à de nombreux habitants d’un pays pour que les niveaux se rééquilibrent et qu’une moyenne s’installe à nouveau. Ce qui permet le retour au statu quo tout en enlevant l’intérêt de la potion magique.

Les hommes seraient-ils capables d’utiliser chaque chose aux profits des autres et non d’eux-mêmes ? la question est loin d’être soulevée dans ce petit thriller qui préfère une pauvre histoire d’ascension-chute du héros mille fois vue au cinéma, les dernières scènes relevant le niveau de manière habile… puisque préparant un « Limitless 2 » en cas de besoin.

Bref, les scénaristes auraient mieux fait d’utiliser leurs cartouches dès ce premier film qui n’a rien d’infamant mais qui se contente de trop peu pour emporter l’adhésion…
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Bradley Cooper transite du déchet au master mind et vice et Versailles à la vitesse de la lumière. Impressionnant. Le réalisateur, entraîné par une intrigue de marathonien, en oublie de résoudre une ou deux affaires de crime qui passaient par là. Pas grave, l'inventivité de sa mise en scène et les bascules incessantes d'un scénario au cynisme jubilatoire incitent à l'amnésie. On en sort rincé. Avec un désir : trouver du NZT. Vite. 
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil