Le Marquis

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Dominique FARRUGIA
Acteurs :
  Franck Dubosc, Richard Berry, Jean-Hugues Anglade, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  09/03/2011
Titre original :
  Le Marquis
 
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2011
  91 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
En prison pour un délit mineur, un représentant ordinaire s'y protège en se faisant passer pour un escroc de haut vol. Son bagout convainc tellement, qu'un braqueur le fait évader pour participer à un casse prestigieux. Le faux dur et le vrai méchant : un tandem classique de la comédie policière.
.O.

Xavier
@

.O.
26/03/2011
Un “tout petit film” de plus dans la filmographie de Franck Dubosc qui ferait bien de mieux choisir ses films… même chose pour Richard Berry que j’apprécie d’habitude mais qui se retrouve embarqué dans le classique duo du « dur avec le doux » chacun apprenant au contact de l’autre pour finir ensemble à se sortir du mauvais pas dans lequel ils étaient embarqués.

Coté scenario, rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est le choix incompréhensible de ne pas exploiter davantage le personnage du « Marquis », que ce soit du coté de Dubosc (l'affiche demandait si c'était un "truand ou un mytho" mais le doute ne dure que quelques secondes) ou du "vrai marquis" qui aide nos deux pieds-cassés sans rien en tirer. Le duo Dubosc-Berri a du mal à tourner rond, la faute à des personnages peu travaillés par des acteurs qui semblent en pilotage automatique.

Bref, il n’y a rien d’infamant puisqu’il n’y a… rien à voir. Film inoffensif et sans intérêt ce « marquis » tombera rapidement dans l’oubli ce qui ne sera pas un mal !
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Dominique Farrugia aurait pu intituler son film Le con, la brute et le truand. Le con, c'est le VRP en système d'alarme joué par Dubosc, une quiche qui se fait passer pour un maestro du fric-frac. La brute, c'est le braqueur taciturne incarné par Berry, obligé de se coltiner l'abruti. Le truand est un chef de gang campé par Anglade, une terreur à laquelle le duo tente d'échapper. Un casse foireux à Manille, des évasions ratées, un tandem bancal à la Veber, des répliques qui piquent l'air de rien, une scène poilante et la comédie va, sans prétention. Comme dit Berry à une belle cruche : "Tu es différente, mais je t'aime quand même."
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil