Largo Winch II

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Jérôme SALLE
Acteurs :
  Tomer Sisley , Sharon Stone , Ulrich Tukur , …
     
Genre :
  Aventures
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  16/02/2011
Titre original :
  Largo Winch II
 
Note "critique" :
  1,83
 Classement 2011
  41 / 104

Résumé :
.O

xx

.O
Patron de l'entreprise fondée par son père, Largo décide de la vendre afin de créer une fondation caritative. Mais il est accusé de crime contre l'humanité. C'est en Birmanie, de retour dans son passé, qu'il découvrira la vérité... Un film inspiré de deux albums de la saga de Van Hamme et Francq, "La forteresse de Makling" et "L'heure du tigre".
.O.


Xavier
@ @ (-)

.O.
03/03/2011
Je n’ai pas gardé beaucoup de souvenirs de “Largo Winch”, premier du nom… juste que Tomer Sisley assurait honnêtement un rôle que beaucoup de monde trouvait « trop grand pour lui ». J’avais donc coché ce film dans mon agenda de février, me disant que les français s’aventuraient peu dans le genre « james bond ».

Le résultat est assez décevant alors que le scénario avait de quoi tenir la route, la machination diabolique étant « crédible », il suffisait à Jérome Salle de faire proprement la mise en image pour obtenir un bon film. « il suffisait »… car ce n’est pas vraiment ce que nous propose le réalisateur qui n’arrive pas à donner un véritable souffle à ses scènes d’actions : que ce soit la poursuite en voiture (à quoi sert un GPS dans une usine ? je cherche encore), celle en chute libre ou les « bastons » filmés n’importe comment, la caméra partant dans tous les sens dans une bouillie indescriptible, Salle montre qu’il ne sait pas filmer quand l’histoire s’accélère.

Ajoutez à cela un passage en mode « Rambo » qui cadre assez mal avec le reste du film (4 contre 800 ? on fonce !) et vous perdrez tout le bénéfice apporté par les deux personnages principaux : Sharon Stone, qui en fait des tonnes alors que son rôle n’en demandait pas tant, bien au contraire et Tomer Sisley qui enlève trop souvent le charme de ce gars qui ne voulait pas être un héritier de son père mais seulement son fils.

Heureusement, le film se laisse quelques bouffées d’oxygènes avec le majordome de Largo Winch qui arrive en quelques scène à marquer davantage la pellicule que ses « illustres » confrères et permet au film de ne pas sombrer définitivement du coté obscur de la force… brute.

Au final, la balance penche nettement en défaveur de cet opus numéro 2 : après un dernier James Bond nullissime, il y avait pourtant de la place… dommage que Largo n’en ai pas profité :-(
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
Largo Winch II est tombé dans les clichés du film d'action. C'est dommage. Julien Rappeneau et Jérôme Salle se sont éloignés des BD pour inventer un thriller haché par des flash-backs. (...) Dommage cependant que les scénaristes aient négligé le second degré du héros pour en faire un aventurier taiseux. Ce qu'ils n'ont pas négligé, en revanche, ce sont les scènes d'action. Il ne se passe pas cinq minutes sans que ça boume et ça fuie...
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil