La permission de minuit

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Delphine Gleize
Acteurs :
  Vincent Lindon , Emmanuelle Devos , Caroline Proust , ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  02/03/2011
Titre original :
  La permission de minuit
 
Note "critique" :
  2,33
 Classement 2011
  37 / 104

Résumé :
.O

xx
.O
David, medecin, soigne Romain, 13 ans, depuis sa plus jeune enfance. Le garçon est un "enfant-lune" qui doit vivre éloigné de la lumière du jour. david reçoit une mutation demandée depuis longtemps. Le récit d'une amitié et d'une séparation.
.O.

Xavier
@ @

.O.
10/03/2011
Le film n'a pas fait long feu sur les écrans parisiens, restant moins d'une semaine à l'affiche à Bercy avant de trouver refuge aux Halles. Pourtant, la présence de Vincent Lindon, auréolé de nombreux succès dans la case "films à petits budgets mais grandes idées" aurait du lui permettre d'avoir une meilleure visibilité mais avec une dizaine de sorties chaque vendredi depuis le début du mois de février et prolongations des films du type "Black Swan", "Le discours d'un roi" ou "rien à déclarer", il est de plus en plus délicat de se faire une place au soleil.
 
Enfin, revenons au film, qui bénéficie d'un casting trois étoiles autant sur le papier que dans la réalité et d'une histoire attachante qui tirera surement quelques larmes aux spectateurs les plus émotifs. La relation entre ce chirurgien qui fait office de père de « substitution » pour ce gamin rappel le le film "avant l'aube" sortie la même semaine . Si ce dernier gagnait en force au fur et à mesure que la bobine se déroulait, cette "permission de minuit" perd son souffle après une première partie très bien menée.

La maladie de l’enfant, que je ne connaissais pas, ne sert pas de prétexte pour jouer la carte de la pitié et Romain Chamal, d’abord insupportable, se montre suffisamment attachant pour qu’on s’identifie au personnage de Vincent Lindon qui n’arrive pas à se détacher de ce gamin qu’il connait depuis plus de 10 ans.

Qui est le plus immature : l'enfant ou l'adulte ? Le réalisateur a la bonne idée de ne pas trancher ce qui nous évite le cliché habituel du gamin plus adulte que son aîné. Ici, les deux personnages tâtonnent dans leurs relations de belle manière, la réalisatrice semblant plus à l’aise lorsqu’elle filme les hommes que les femmes : que ce soit la future remplaçante de Lindon, sa femme ou la mère du gamin (dont le rôle est vraiment en retrait), toutes ont un rôle mineur et aucune n’arrive à enrichir l’histoire de façon importante ce qui fait qu’au bout d’un moment le « couple » Lindon-Chalal tourne en rond, reprenant les sentiers tout tracés que la première partie du film évitait joliment.

Au final, cette permission de minuit ne tient pas toutes ses promesses mais le sujet n’était pas facile et la réalisatrice s’en tire avec les honneurs. Dommage que l’essai n’ait pas été complètement transformé (oui, ne pas faire une métaphore sur le rugby pour un film qui vous emmène au stade de l’aviron bayonnais aurait manqué !)
.O.

Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
C'est l'amitié entre David et Romain qui intéresse Delphine Gleize, comment David outrepasse son boulot de toubib et se démène pour Romain. Au pathos, elle préfère la poésie. À fleur de peau, son film célèbre la jouissance, les sens, le bonheur d'embrasser une fille, et l'émotion qui s'en dégage n'est que plus renversante.  
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil