Wall Street : l'argent ne dort jamais

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Oliver STONE
Acteurs :
  Michael Douglas, Shia LaBeouf, Josh Brolin, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  2 h 10
Date de sortie :
  29/09/2010
Titre original :
  Wall Street: Money Never Sleeps
 
Note "critique" :
  1,00
 Classement 2010
  122 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Un jeune trader idéaliste assiste à la chute de son mentor. Il requiert alors l'aide de Gordon Gekko, homme d'affaire autrefois redouté, incarcéré pour racket et dont la fille est sa compagne. Par l'équipe de "Wall Street", retour dans la jungle vingt-deux ans après.
.O.

Xavier
0

.O.

02/10/2010
Oliver Stone ? C’est censé être un grand réalisateur non ? Je demande car, après avoir vu «  Wall Street 2 » on se dit que les jeunes générations n’auront pas le gout de découvrir sa filmographie, pensant que c’est un simple tâcheron hollywoodien qui exécute des films sans intérêt.

Je n’avais pas spécialement envie de voir le film mais Amandine, qui devait avoir envie d’entendre un peu de vocabulaire financier pendant son week-end histoire, m’a convaincu d’aller voir Michael Douglas et Shia LaBeouf faire mumuse (ce qui consiste à « shorter » les actions et invoquer la « close de moralité » si j’ai bien appris ma leçon !).

Grandeur et déchéance d’un petit tradeur qui a appris sur le tas grâce à un gentil mentor et qui, bizarrement, est en couple avec la fille d’un ancien illustre tradeur, le fameux Douglas. Je vous ferai grâce des détails, puisque sans avoir vu le film, vous devez déjà tous les connaitre l’histoire étant raplapla au possible : on trouve le moyen de s’enquiquiner dans un film qui parle d’une crise qui a affecté des millions de personnes… cherchez l’erreur !

On pourrait gratter un peu du coté du personnage de la mère, qui est pour moi le plus intéressant du lot : comment des personnes ont cru que l’on pouvait gagner de l’argent sans « rien faire » grâce à l’immobilier ou la bourse et se sont retrouvées sur la paille, dépassées par des enjeux bien plus grands qu’eux (on sauve des banques… pas des particuliers !).

On aurait pu avoir une étude plus fine de ce couple improbable : la fille qui reproche à son père la mort de son frère quand il était en prison mais qui se met avec un parfait clone de son père (qui a pigé que dire « énergie verte » suffisait de faire de lui une oie blanche !).

On aurait pu avoir quelque chose de vraiment technique mais qui tenterait de nous expliquer comment des gens peuvent gagner des milliards sur du vent et comment cela a mené dans le mur quelques unes des plus grandes banques…

Non, on a droit à un film limite niais et une fin qui achève de faire basculer le film dans le monde « bisounours ». Dites, Shia La beouf c’est bien celui des « Transformers » (avec Michael Bay en mode « bouillie visuelle » ?), « Indiana Jones 4 » (avec Spielberg à la réalisation) et donc « Wall-Street 2 » (avec Oliver Stone derrière la caméra)… il arrive à jouer dans les plus mauvais films de chacun des réalisateurs ? Quelle performance !


.O.

Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :

#

.O.
Dans L'argent ne dort jamais, la crise n'est pas que financière. Oliver Stone délivre un film daté, la faute à une réalisation paresseuse et une sortie en salle trop éloignée du krach de 2008. (...) Au chapitre de l'humain, la confrontation entre Michael Douglas et Shia LaBeouf manque d'intensité et d'enjeux. La manipulation est trop évidente. Gekko est un incurable salaud. Ensemble, face à l'adversité, seuls Shia LaBeouf et Carey Mulligan parviennent à échapper à la chute libre. Celle de Wall Street 2 se fera sans parachute doré.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil