Tournée

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Mathieu AMALRIC
Acteurs :
  Miranda Colclasure, Suzanne Ramsey, Linda Maracini, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  30/06/2010
Titre original :
  Tournée
 
Note "critique" :
  3,66
 Classement 2010
  4 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Le "new burlesque", mêlant théâtre, danse, strip-tease, humour : tel est ce spectacle de cette troupe d'Amérique latine, qu'un producteur, autrefois célèbre à Paris, ramène dans ses bagages après des années d'ecil. La tournée provinciale est un succès, mais les filles rêvent de Paris... Music-hall, humour et sensualité pour le quatrième film du comédien/réalisateur, Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2010
.O.

Xavier
@ @ @

.O
01/07/2010
« Prix de la mise en scène » à Cannes ? Pourquoi pas… Je ne m’y connais pas assez en technique de cinéma mais les échos lors de son passage sur la Croisette étaient vraiment bons et Mathieu Almaric est un acteur que j’apprécie, donc je suis parti confiant voir cette « Tournée » dont les protagonistes avaient fait sensation à Cannes.

Le résultat est mi-figue, mi-raisin : quand je suis sorti de la salle, j’étais assez déçu de ce que j’avais vu mais, plus j’y refléchis et plus j’écris (et ré-écris) ma critique, plus je trouve que Mathieu Almaric à réussi une belle réflexion sur les échanges humains avec ce film qui dépeint par petites touches les relations que l’on a avec le monde extérieur, la différence entre les envies et la réalité, la difficulté de se lier et d’assumer son passé… Bref, il y a de quoi réfléchir si l’on va au-delà de cette première impression, assez désagréable, de suivre une coquille vide qui n’évolue pas (le personnage de Mathieu Almaric), entourée de personnages masculins, tous plus inexistants les uns que les autres.

L’ancien « frère d’arme» qui le rejette mais l’aidera quand même, ses deux enfants dont il ne sait que faire, les producteurs qui règlent leurs comptes, ses deux acolytes masculins dans la troupe comme régisseur et chauffeur mais qui semblent perdus eux aussi ? Il y a du monde qui passe à l’écran mais la communication ne marche pas, sans que l’on puisse toujours expliquer pourquoi (sûrement des « codes » de la société… comme ceux de ces hotels qui interdisent de baisser la musique de peur, sûrement, que les clients puissent discuter entre eux !).

La communication avec les hommes est difficile ? Heureusement il y a les femmes, qui font rêver, mais avec lesquelles on ne peut communiquer que via des « protections » : l’hygiaphone de la caissière d’une station service, les costumes et la scène pour la troupe, permettent de réellement discuter et s’écouter. Dès que l’on revient dans le « civil », que ce soit dans une chambre d’hôpital ou avec la troupe lors des voyages entre les différentes villes, on s’attrape vertement et tout refout l’camp…

On peut également voir dans le film des pistes de réflexion à mener soi-même, comme celle à avoir sur ces salles combles, ces personnes qui ne viennent plus voir des stars mais juste des femmes qui s’assument et acceptent de « délirer » dans un monde où tout est normalisé : cela se ressent lors d’une scène qui a paru complètement déplacée à certains mais que j’ai trouvée vraiment forte, dans un supermarché : oui, on cherche tous plus ou moins à attirer l’attention des autres, à avoir un regard bienveillant sur soi et non cette indifférence qui tue, aujourd’hui, tout autant que la méchanceté !

Le film est assez déprimant au final, puisque sans concession jusqu’à ce pseudo happy-end qui reprend tous les codes du cinéma tout en gardant les pieds sur terre : il y a du mieux mais, s'il ne faut pas bouder l’instant présent, tout porte à croire que ce n’est que temporaire…

Allez, j’ai peut-être trop réfléchi sur mon petit Velib’ au soleil et je me suis fait mon film de ce film mais, si vous n’êtes pas allergique aux petits moments d’introspection et n’allez pas au cinéma chercher un divertissement qui vous change les idées, cette « Tournée » mérite le détour. :o)
.O.


Première :
¤ ¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
Mathieu Amalric signe un film tendre et cruel, charnel et jouissif sur une bande de stripteaseuses pas comme les autres. Justement récompensé par le prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil