Sans laisser de traces

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Grégoire VIGNERON
Acteurs :
  Benoît Magimel, François-Xavier Demaison, Julie Gayet, Léa Seydoux, Jean-Marie Winling, ...
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  1 h 35
Date de sortie :
  10/03/2010
Titre original :
  Sans laisser de traces
 
Note "critique" :
  1,33
 Classement 2010
  80 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Sur le point d'obtenir une consécration proféssionnelle, Etienne veut soulager sa conscience d'une indélicatesse commise au début de sa carrière. avec un camarade de lycée recemment retrouvé, il rencontre sa "victime" mais l'entrevue tourne au drame... La morale, la conscience, une idée de la justice : qu'en faire quand on est prisonnier d'un engrenage ? Réponse dans ce thriller du scénariste de "prête moi ta main".
.O.

Xavier
@

.O.
18/03/2010
Trente minutes après le début du film, dans une petite salle de l’UGC Ciné Cité Les Halles : je tourne la tête à gauche, le gars une rangée en-dessous de moi ronfle… Je tourne la tête à droite, le gars à quelques sièges de moi se prend la tête à deux mains et souffle des « mais c’est nul… c’est nul…. » mais semble résister pour ne pas sortir.

Hum… comment dire… Je suis d’accord avec mes deux voisins d’un jour et je dois bien avouer que ce film prête la joue avec son titre pour faire des jeux de mots faciles. Il y avait pourtant un casting ambitieux, une histoire qui ne sentait pas le déjà vu pour un petit thriller bien sympathique.

Malheureusement, la rencontre entre Magimel et Demaison sonne faux et j’ai pensé à « Harry, un ami qui vous veut du bien » où Sergi Lopez interprétait un rôle similaire avec mille fois plus de classe. L’histoire sombre petit à petit dans le grand n’importe quoi et perd son côté « ça pourrait vous arriver » qui était son meilleur atout. L’enquête policière est faite n’importe comment, le rôle de la fille du savant est assez bancal, et les relations de classes entre le mari et sa belle famille caricaturales au possible.

Bref, on voudrait faire comme le bonhomme sur l’affiche et s’échapper, mais notre bonne conscience nous oblige à rester jusqu’à la fin… qui ne relève pas le niveau, et confirme qu’une bonne sieste est plus agréable et qu’il y a bien mieux à choisir dans ce qui passe actuellement dans les salles obscures.
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# #
.O.
Cette histoire-là, celle d'un homme piégé dans un étau qui se resserre implacablement, on la connaît par coeur. À défaut d'être originale, elle est efficace, d'autant qu'elle est servie par un Magimel qui gagne en aspérité avec l'âge et un Demaison déconcertant dans un rôle tout en paradoxes.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil