Les mains en l’air

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Romain GOUPIL
Acteurs :
  Valeria Bruni Tedeschi, Hippolyte Girardot, Linda Doudaeva, ….
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  09/06/2010
Titre original :
  Les mains en l’air
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2010
  63 / 123

Résumé :
.O

xx
.OM
Mars 2067, Milana se rappelle : soixante ans auparavant, la fillette tchétchene est écolière à Paris. Après l’expulsion d’un camarade sans papiers, Milana se sent menacée. Ses amis jurent de la sauver… Quand les enfants font de la résistance et s’organisent, sans les adultes, contre la politique de reconduction des sans-papiers à la frontière.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
11/06/201
Le thème du film était amusant et les 2 premières minutes pleines de promesses : si nous pouvons être « sévères » avec nos aïeux (l’esclavage ? quelle idée !), nous aurions peut-être intérêt à nous arrêter cinq minutes sur nos conditions de vie actuelles et sur les diverses politiques menées dans le monde ou en France pour se demander comment elles seront jugées dans 100 ans par nos arrière-petits-enfants.

Romain Goupil propose quelque chose d’impossible à faire à première vue (analyser l’histoire de manière objective est déjà délicat mais l’histoire actuelle est « pire ») mais de diablement intéressant. Il se prend les pieds dans le tapis dès les premières secondes avec cette voix off qui nous parle de cette aberration qui consistait, dans les années 2000 a faire des classes de 20 gamins à l’école… Sans dire pourquoi cette idée est aberrante, ni ce qui a été fait pour changer cela.

En gros, la position est facile : je critique mais ne propose rien, je taille en toute tranquillité puisqu’on ne pourra pas me répondre que ce que j’instaurerais à la place est plus ou moins bancal et ne permettrait pas de résoudre les problèmes posés ! Dans ce sens, le personnage de la mère, dans le film, est un condensé de naïveté bienvenue et de bobo-attitude exaspérante au plus haut point.

Heureusement, il y a les enfants qui jouent de manière assez juste cette bande de copains qui ne sait comment réagir face à la menace d’expulsion de l’un d’entre eux. Pour eux, la question « globale » ne se pose pas et le cas de la petite Miléna, mérite cette expédition qui comporte plus d’embuches que prévu. A l’inverse, la mère se joue un rôle d’oie blanche qui dessert le propos du film en creusant les travers exprimés dès le début du long-métrage : pas de débat sur la façon d’aider les autres avec cette partisane du « tout ou rien », pas de compassion pour la maman qui ne comprend pas la fugue de son fils, pas de suggestion pour régler cette situation qui est bien plus complexe que ne laisse le supposer le film.

Du coup, le film rate complètement son côté « j’élève le débat et lance quelques pistes de réflexions » pour se contenter d’un film qui lorgne du côté « guerre des boutons light » qui n’est pas totalement raté mais qui est loin d’être réussi.

Bref, « Les mains en l’air », tel qu’il est développé est une fausse bonne idée… Dommage car il y avait de quoi faire mais il aurait fallu un scénariste et un réalisateur d’un tout autre calibre.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Après Une pure coïncidence, sorte de Mission impossible bricolo, Goupil confirme sa capacité à s'indigner, à stigmatiser une société injuste, tout en virevoltant sur le fil ludique de l'humour. Ne loupez pas cette réjouissante tragi-comédie, et surtout emmenez-y des gamins: c'est si rare que le cinéma leur permette d'appréhender, avec autant de finesse, le monde qui les entoure.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil