Le nom des gens

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Michel LECLERC
Acteurs :
  Jacques Gamblin, Sara Forestier, Zinedine Soualem, ...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  24/11/2010
Titre original :
  Le nom des gens
 
Note "critique" :
  2,50
 Classement 2010
  60 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Bahia et Arthur, peu faits pour s'entendre : extravertie et très libre, elle couche avec des garçons de droite pour les faire changer d'avis, lui est un introverti qui communique très mal. Un couple improbable mais beau et drôle pour parler de l'identité nationale avec raison et sentiment.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
13/12/2010
L’héroïne de ce film, Sara Forestier bien éloignée de son rôle dans «l’esquive » (qui date de 2004… mais que vous devez voir absolument si ce n’est pas déjà fait !), est assez insaisissable que ce soit pour son ami dans le film (Jacques Gamblin, un peu dépassé), pour le spectateur mais aussi pour les scénaristes qui n‘ont pas réussi à « épaissir » un personnage qui avait de quoi être vraiment comique.

Sara Forestier elle-même ne semble pas trop savoir comment prendre son personnage aussi tête en l’air que déterminé : cela donne de nombreuses scènes dénudées qui nous montrent que l’actrice n’a pas froid aux yeux mais qui ne servent pas vraiment le film.

Du coup, on se raccroche à un scenario qui avance par à-coups : certaines petites phrases sur l’absurdité de la vie font parfois mouche (je ne regarderais plus jamais de la même manière mon clavier d’ordinateur depuis qu’on m’a expliqué la disposition des touches sur le clavier !) mais globalement le film rate son coté politique et peine à trouver un souffle comique vraiment marquant, enchainant les situations « vécues par Forestier puis par Gamblin » ou l’inverse.

Bref, si vous n’êtes pas trop regardant, ce « nom des gens » vous conviendra mais j’attendais beaucoup plus pour ma part et c’est assez déçu que je suis sorti de la salle.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Sara Forestier est formidablement vivante, comme lorsqu'elle s'effondre brutalement, contrainte de voter Chirac aux présidentielles pour faire barrage au fascisme. Son interaction avec Jacques Gamblin constitue le sel du Nom des gens. Lui porte avec dignité le poids d'un héritage silencieux. De quoi donner encore un peu de corps à un film loin d'en manquer. Derrière la fraîcheur d'une comédie citoyenne en forme de feu d'artifice d'humour à l'écriture ciselée, Le nom des gens pose, l'air de rien, un double questionnement sur l'identité : nationale et intime. S'il nous est désormais interdit de sourire sur nos photos d'identité, Le nom des gens nous offre au moins un remède vivifiant contre la morosité sociale.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil