L'immortel

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Richard BERRY
Acteurs :
  Jean Reno, Kad Merad, Marina Foïs, Luc Palin, ....
     
Genre :
  Policier
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  24/03/2010
Titre original :
  L'immortel
 
Note "critique" :
  1,66
 Classement 2010
  115 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Autrefois hors de la loi, Charly Matteï mène une vie rangée en compagnie de sa famille. Un matin, on le retrouve laissé pour mort sur un parking, le corps criblé de 22 balles. Contre toute attente, il survit... Inspiré d'une guerre des gangs à Marseille dans les années 70, et d'une figure du banditisme, jacky Le Mat, un polar d'après le roman de Franz-Olivier Giesbert.
.O.

Xavier
0

.O.
25/03/2010
Dans la famille film indigeste, je demande « L’immortel » : Bonne pioche ! Est-ce que Richard Berry a montré son long métrage à un ami de confiance avant de le sortir en salle ? Si oui, ce dernier a obligatoirement dû lui dire que son film était raté et caricatural comme pas deux, sinon, c’est que ce n’est pas un ami.

Commençons par le point positif du film : la ville de Marseille qui se prête parfaitement au jeu des règlements de compte entre gangs rivaux. A part ça, il n’y a que du négatif : j’aurais dû me douter en entendant Berry et Reno faire la promo du film sur tous les supports possible à coup de « c’est un opéra » et « une histoire de rédemption, de seconde chance »… que le message n’était pas innocent. Vous aurez en effet le droit à des airs d’opéra dès que Jean Reno apparaîtra a l’écran, et le côté « il avait décidé de tourner la page mais les autres l’ont obligé à reprendre du service » est sur-surligné afin qu’on comprenne bien que l’on n’a pas affaire à un « Dirty Harry » à la française, mais que le pauvre tueur à gages a un grand cœur et une belle famille et qu’il n’a pas le choix.

Mouais… Déjà cela ne me convainc pas mais quand en plus en face de Reno en mode « automatique », on vous met Kad Merad en mode « je dois jouer un contre-emploi », ce qui donne une pâle copie de De Niro version « Scarface » qui ferait hurler n’importe quel directeur de casting tellement c’est loupé, eh bien on frôle le ridicule puis on s’y vautre complaisamment.

Au milieu de tout cela, Marina Foïs traverse le film avec délicatesse en flic à problèmes (vous avez dit clichés ?) et le grand gloubigoulba indigeste avance petit à petit vers une fin que l’on sent venir à 100 km à la ronde.

Bref, cet immortel mérite son nom : il aurait dû être arrêté bien avant de sortir sur les écrans mais personne n’a réussi… Du coup, si vous voulez voir un film qui se la joue et se vautre lamentablement, vous avez un joli spécimen... Sinon, prenez une place pour l’opéra ou achetez vous un CD, cela vous permettra de réellement profiter de la musique sans avoir cette histoire parasite.
.O.


Première :
¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
Richard Berry n'a peur d'aucun cliché. Il les prend tous et les retourne pour faire de L'immortel un viril et classique récit de la vie du milieu marseillais.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil