Enter the void

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Gaspar NOE
Acteurs :
  Nathaniel Brown, Paz de la Huerta, Cyril Roy, …
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 35
Date de sortie :
  05/05/2010
Titre original :
  Enter the void
 
Note "critique" :
  1,83
 Classement 2010
  74 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
A Tokyo, Linda est strip-teaseuse dans une boite de nuit, son frère, oscar est un dealer. Blessé par balle, le jeune homme qui a promis de ne jamais quitter sa sœur, se retient à la vie. Se mêlent souvenirs, hallucination, passé et présent dans un maelstrom d’images psychédélique par le réalisateur d’ « Irréversible ».
.O.

Xavier
@

.O.
07/05/2010
Gaspard Noé… Gaspard Noé… Celui d’ « Irreversible » ? Je m’étais bien dit que je ne me ferais pas avoir deux fois mais le filou a visé juste avec un personnage évoluant à Tokyo ce qui, un peu plus d’un an après mon fabuleux voyage dans la capitale nippone, ne pouvait que faire toucher ma corde « nostalgie » et me laisser embarquer dans un nouveau « trip » du bonhomme qui, pour l’un des membres du forum business d’Allociné, signait là « LE film de ce premier trimestre 2010, écrasant au passage tous ses concurrents et de loin ! ».

Hum, l’extrait montrant le générique du film laissait présager du pire, mais je suis un gladiateur des salles de cinéma donc je me suis risqué au combat au corps à corps contre les histoires « chocs » et les effets stroboscopiques dont raffole le sieur Noé, en espérant ne pas virer épileptique s'il abusait de ce procédé, le film durant plus de 2h30 !

Le résultat ? Bien meilleur qu’Irréversible mais ce n’était pas très difficile, le film étant très bas dans mon estime… Plus sérieusement, la première demi-heure, avec les tics et les tocs du réalisateur, réussit son pari : vous mettre dans la peau d’un toxico et vous faire ressentir « de l’intérieur » sa vie (enfin, n’ayant jamais testé de substances « zarb », je me dis que ce qu’il représente doit être proche de la réalité mais je suis loin d’être un expert dans ce domaine). Une demi-heure de caméra subjective, de dialogues sans importance et d’errance dans un Tokyo assez éloigné de l’idée que j’en ai gardé, mais qui donne au film un genre qui le démarque du tout-venant habituel.

Noé se serait calmé ? Que nenni, les deux heures suivantes vont s’appliquer à détruire tout ce qui a été construit, à coup de pseudo-réflexions religieuses qui trouveront leur application quelques demi-heures plus tard et fin grandiloquente, le tout entrecoupé toutes les demi-heures de 2 minutes de stroboscope plein cadre pour nous faire revenir en arrière et nous montrer l’action d’un point de vu différent. Ouaouh, il décoiffe le mister… Mais ça tourne drôlement à vide !

Du coup, il décide de faire dans la fin « choc » histoire de réveiller les spectateurs qui ont succombé aux délires graphiques du réalisateur (à son crédit, moins risibles que ceux du « Blueberry » de Jan Kounen il y a quelques années).

Bref, Gaspard Noé a fait 1/5 de son film bien, et le reste est archi oubliable… Cela lui donnera une étoile (voir même un poil plus si on considère l’originalité de ce cinquième de film) mais ne lui permettra pas de figurer dans mon Top film du 1 er trimestre et encore moins de l’année 2010.
.O.


Première :

0

ou

¤ ¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :

#

ou

# # # #

.O.
Cette impression de flottement permanente et le systématisme des transitions, où l'esprit de notre camé est happé par les lumières de Tokyo pour ne faire qu'un avec des flashs psyché kaléidoscopiques, deviennent rapidement insupportables. Enter the Void est une expérience de cinéma. Elle aurait certainement gagné en impact en format court de 25 minutes, étant donné ses grandes faiblesses de scénario.

Les jeux de lumière stroboscopiques brouillent la notion du temps du spectateur, l'hypnotisent, jusqu'à le plonger dans une expérience cinématographique sur la défonce, le cul, la teuf, les sentiments. Dans une sorte de 2001, L'odyssée du fantasme. Oui, quelle claque !
.O.


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil