Des hommes et des dieux

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Xavier BEAUVOIS
Acteurs :
  Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  08/09/2010
Titre original :
  Des hommes et des dieux
 
Note "critique" :
  3,33
 Classement 2010
  43 / 123

Résumé :
.O

xx
.O
Un monastère où vivent huit moines chrétiens français, dans le Maghreb des années 80. Quand commencent les massacres des extrémistes islamistes, les moines choisissent de rester. Un engagement et son message de paix, inspirés de l'histoire et du massacre, en 1996, des moines cisterciens de Tibihirine en Algérie. Grand Prix du Festival de Cannes 2010.
.O.

Xavier
@ @

.O.

12/09/2010
Des échos excellents du festival de Cannes, des acteurs convaincants et un sujet qui, si il ne fait pas la "une" de l'actualité tous les jours, reste un mystère qui a suffisamment marqué les gens pour que le mot de "Tibehirine" évoque tout de suite ces prêtres exécutés sans que l'on puisse 15 ans plus tard avoir le fin mot de l'affaire.
 
Xavier Beauvois fait une bonne pioche coté casting avec une bande d’acteurs excellents qui donne à chacun des personnages un visage vraiment marquant malgré le peu de paroles échangées dans le film. Coté histoire, Beauvois décide d’occulter la question de la « responsabilité » de l’armée algérienne ou du GIA dans la mort des prêtres, préférant se concentrer sur la vie de ces hommes d’église qui sont à la fois totalement en dehors des considérations extérieures ET intégrés à la communauté du coin.

Ce choix est plutôt réussi bien qu’il implique une distance avec le spectateur et une lenteur dans le déroulement des événements qui déroute au départ et oblige à faire un certain effort pour, nous aussi, nous intégrer à la communauté.

Une fois cela fait, on trouve un rythme qui n’est pas désagréable et le cœur du film est plutôt bon bien que les questions posées soient traitées de manière bien trop légère : les prêtres savaient que leur présence irritait et que, à terme ils risquaient d’y passer… une fois cela intégré, choisir de rester était il un acte de foi ou du suicide ? Les raisons qui ont poussé les prêtres à rester sont évoquées rapidement mais ce qui est troublant, c’est la quasi absence de débat : alors que c’était du 50-50, une discussion peu convaincante nous est montrée et, la fois suivante, tout le monde décide de rester. Hum… c’est bizarre quand même, vous ne trouvez pas ?

Ajoutez à cela une fin de film ridicule avec le « lac des cygnes » à fond les ballons pour le dernier repas et vous obtenez un film qui se clôture sur la pire des impressions ce qui ne facilite pas l’objectivité du spectateur au moment de taper sa critique !

Bref, un début moyen, un milieu bon, une fin nulle… ça donne une petite moyenne rehaussée par la performance des comédiens qui aurait mérité un prix d’interprétation collective à Cannes.
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # # #
.O.
Le film n'est pas bavard, à l'image de ses protagonistes. (...) Des hommes et des dieux est un film lumière. Comme une tragédie de Racine.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil