Still Walking

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Kore-Eda HIROKAZU
Acteurs :
  Hiroshi Abe, Yoshio Harada, Kirin Kiki, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 55
Date de sortie :
  22/04/2009
Titre original :
  Aruitemo, Aruitemo
Note "critique" :
  3,16
 Classement 2009
  58 / 111

Résumé :
.O

xx
.
A Yokohama, une famille est réunie pour commémorer la mort du frère ainé décédé quinze ans plutôt en sauvant un enfant de la noyade. Dans la maison, rien n’a bougé, mais au fil des années, les membres de la famille ont changé. La famille, ses secrets, ses injustices dans un film d’une simplicité et d’une beauté éblouissante.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
11/05/2009
J’avais adoré « Nobody Knows » du même auteur, et entendre parler japonais me manquait un peu… je suis donc passé outre les conseils d’Antoine qui avait jugé le film « moyen» mais lui avait quand même mis 12/20 (Amandine est témoin !). Personnellement, je suis encore plus mitigé même si le film gagne un peu de profondeur avec le temps et que je serai moins sévère au moment de rédiger ma critique que lors de ma sortie de la salle.

Il faut dire que le rythme du film est très lent et que les échos lus sur le film étaient trompeur : non, ce n’est pas un « Festen » version japonaise, mais plutôt un « Chambre du fils » bis… qui s’intéressera plus aux petites manies qui se transmettent de génération en génération et aux rapports parents/enfants, quand ces derniers deviennent adultes et n’ont pas forcement les mêmes envies.

Si les thèmes sont abordés avec beaucoup de délicatesse (mais Hirokazu avait montré avec son précédent film qu’il avait la carrure pour), le personnage du père est vraiment trop monolithique et heureusement que la mère tient la baraque, sinon on s’ennuierait ferme (ce qui arrive déjà souvent si je me réfère au nombre de fois où j’ai regardé ma montre en 115 minutes).

Bref, un film qui n’atteint pas le niveau de son prédécesseur (que je ne saurais que trop vous recommander) mais si vous n’êtes pas allergique aux petites tranches de vies racontées sans artifice, ce film vous plaira surement.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # # #
.O.
(...) Autant de touches apposées qui composennt le décor impressioniste de ce petit théatre des douleurs passées et à venir. Et qui, par leur justesse, leur beauté élémentaire et leur retenue, confèrent à ce drame intime une dimension universelle.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil