Ricky

xxx
xxx
 
Réalisateur :
 

François OZON

Acteurs :
 

Sergi Lopez, Alexandra Lamy, Mélusine Mayance, Arthur Peyret, André Wilms, …

     
Genre :
 

Comédie dramatique

Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  11/02/2009
Titre original :
  17/02/2009
Note "critique" :
  2,66
 Classement 2009
  5 / 111

Résumé :
.O

xx
.O
Une femme, déjà mère d’une fillette, rencontre Paco, un homme dont elle tombe amoureuse. Ensemble, ils ont un petit garçon, Ricky. Mais très vite, celui-ci fait montre de pouvoirs surnaturels… Un conte moderne, par le réalisateur de « Huit Femmes »
.O.

Xavier
@ @ @

.O.
18/01/2009
On m’en avait dit le plus grand mal… mais Tith dans sa critique au vitriol du film finissait par une invitation : « Xav, stp, va le voir et donne moi ton avis sur cette production que je qualifie comme très mauvaise, car le pire c'est qu'il y a des critiques positives ! ». Je me suis donc sacrifié, partant avec une grenade dans la main gauche, le bazooka dans la main droite et l’idée que je me sacrifiais pour la bonne cause le film ne durant que 90 minutes.

Le résultat ? un film qui en déroutera plus d’un (et je comprend la réaction de Tith et Alessandra), surtout parmi les plus cartésiens car, en effet, c’est n’importe quoi cette histoire de bébé volant non identifié et cette maman qui se demande même pas ce qui se passe ?

Serais-je passé du coté obscur de la force ? Surement car les 4 personnages qui composent exclusivement ce film m’ont d’abord envouté : que ce soit Sergi Lopez (remember « harry un ami qui vous veut du bien » !) dans un rôle pas facile car finalement très peu présent, Alexandra Lamy qui nous rappel qu’il y avait une vie avant « un gars une fille » et surtout Mélusine Mayance, la gamine qui est au cœur du film et qui ne joue pas, comme trop souvent dans ce genre de film, la petite de 7 ans qui parle comme une adulte et qui est formidable. Pour le bébé, Arthur Peyret, il n’a pas du avoir trop de mal à jouer mais il est parfait aussi :-p

Pour aller avec ce casting royal, il fallait un scenario à la hauteur et François Ozon emplie son film de métaphores énormes (bah oui, ces ailes elles ne pousseraient pas en « vrai », et puis ce lac, cette ficelle, etc… il y a de quoi interpréter !) mais aussi de vides temporels qui laisse au spectateur toute latitude pour interpréter ce qu’il voit.

En effet, si le film est plutôt linéaire, on butine l’histoire de ce couple, suivant une pseudo vie « au jour le jour » alors que paradoxalement les scènes de la vie quotidienne sont « oubliées » pour nous montrer que des moments importants dans l’histoire.

Doit on voir le film du point de vue de la mère ? de la fille ? du père ? chacun choisira même si pour ma part le mélange des deux premiers semble évident avec les sentiments que peuvent ressentir en enfant lors de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur et en face les doutes d’une mère au moment de la grossesse (pour ceux qui ont vu le film : vous avez remarqué que l’ont ne voit jamais Alexandra Lamy enceinte de Ricky ? est-il né réellement ? a-t-elle fait une fausse couche ? le passage chez le médecin et la phrase que ce dernier dit à Sergio Lopez est assez révélatrice).

Bref, vous voulez tenter une expérience « quitte ou double », voir un film non conventionnel et être sur de ne pas ressortir en vous disant « pfew, j’ai l’impression d’avoir déjà vu ça 100 fois » ? Foncez… si par contre vous êtes un peu frileux, passez votre chemin, car je comprends parfaitement que ce film puisse rebuter un grand nombre de personnes.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio Ciné Live :
# #
.O.
Si Ozon est habile pour verser du conte dans un paysage quotidien, on regrettera qu'il garde le sens de sa fable pour lui.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil