Ne me libérez pas je m'en charge

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Fabienne GODET
Acteurs :
  Michel Vaujour
     
Genre :
  Documentaire
Durée :
  1 h 45
Date de sortie :
  08/04/2009
Titre original :
  Ne me libérez pas je m'en charge
 
Note "critique" :
  2,66
 Classement 2009
  40 / 111

Résumé :
.O

xx
.O
Michel Vaujour, ancien braqueur, fiché au grand banditisme, a passé une partie de sa vie en prison. 27 années dont 17 en isolement et 5 évasions. Son parcours et ses années de solitude l’ont contraint à se livrer à l’introspection. Comment rester un être humain : réponse dans cette leçon de survie.
.O.

Xavier
@ @

.O.
09/04/2009
L’extrait m’avait laissé un peu perplexe et le début du film m’a fait un peu peur, la réalisatrice semblant franchement sous le charme de ce gars qui n’est quand même pas un enfant de chœur.

Heureusement, très vite on prend une certaine distance, grâce au personnage principal qui ne manque pas de lucidité sur sa vie même si certaines petites réflexions semblent montrer qu’il idéalise un peu son passé et essaye de nous faire croire que Robin des Bois était son cousin.

On a donc le droit a des « emprunts de voiture », qui pourraient s’apparenter au « démontage d’un Mac Do »… aux couplets « je n’étais pas pire que les autres, c’est juste que je m’embêtais et que je voulais m’amuser » … « je n’ai jamais tué personne », qui font doucement sourire quand il ajoute que c’est son complice qui a tiré sur les flics, et qui en a abattu un qui tentait de les empêcher de passer. Va-t-il assumer quand même ce qu’il a fait ? Plus ou moins.

L’entendre parler de la prison, que ce soit à la réalisatrice mais, encore plus, à sa mère ou à ses petits neveux, est plus intéressant : au delà des mots, il y a des regards que seule la caméra peut capter, et quand son neveu dit qu'il « aimerait bien faire de la prison », on le voit rigoler jaune.

De même, lorsqu’il parle de ses anciens complices et/ou amis et de son ascension dans le milieu, puis de sa volonté d’en sortir, il y a des accents de vérité qui donnent toute sa valeur au documentaire et permettent de sortir du rôle purement contemplatif de la réalisatrice pour entendre l’avis d’une personne qui est sortie de prison alors qu’elle aurait pu y passer toute sa vie.

Je me suis donc surpris à me demander ce qu’en penseraient les jeunes d’aujourd’hui, qui écouteraient quelqu’un qui est passé par les mêmes chemin qu’eux et, à voir le décalage de la fameuse scène ou Michel Vaujour discute avec ses neveux, je me dis qu’ils n’en tireraient pas grand-chose. C’est bien dommage car au-dela il y a dans ce documentaire de nombreux accès de sincérité et un véritable « travail sur soi » fait par Vaujour qui est assez lucide sur sa vie et sa façon de finalement sortir de prison. Bref, il y a des choses à comprendre et apprendre de ce qu’il dit et c’est tout ce qui fait la force de ce documentaire pas banal. Bref, il ne restera pas longtemps en salle, mais si vous avez l’occasion de le voir, laissez vous tenter, c’est parfois étonnant.
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Studio / Ciné Live :
# # #
.O.
(...) Michel Vaujour livre un témoignage magnifique, recueilli sans artifice par Fabienne Godet. Car le film ne repose que sur la parole de Michel Vaujour, dont l’intelligence éclate à chaque déclaration. (...) Sa clairvoyance et son analyse font peu de place aux abstractions sur la notion de justice ou sur la politique, pour se concentrer sur l’aspect humain de son expérience.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil