Eden à l'ouest

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  COSTA-GAVRAS
Acteurs :
  Riccardo Scarmacio, Julianne koelher, Ulrich Tukur, Eric Caravaca, Anny duperey, ...
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  11/02/2009
Titre original :
  Eden is West
Note "critique" :
  1,00
 Classement 2009
  100 / 111

Résumé :
.O

xx
.O
de la mer Egée à Paris, Elias, un jeune emigré clandestin, fait un long et dangereux périple peuplé de rencontres et d'expériences. Le réalisateur du "Couperet" aborde le destin des exilés et, à travers leur regard, depeint nos comportement face à l'étranger.
.O.

Xavier
@

.O.
21/02/2009
J'espère qu'Antoine donnera son point de vue pour "équilibrer" le mien car notre discussion d'après séance à vraiment montrer que la resonnance d'un film sur quelqu'un peux varier du tout au tout suivant l'angle d'attaque que le spectateur choisit. Cela donne donc pour moi un gros "pfewwww" et pour antoine un enorme "chaque film que je vois de lui confirme que c'est l'un de mes réalisateurs préféré".

Personnelement, l'histoire (ou plutôt l'Odyssée) de cet immigré qui vient d'un pays qu'on ne nommera jamais pour faire plus "universel" m'a deconcerté, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Costa Gavras essaye de nous faire passer un message et cela se fait avec une subtilité de mamouth : qu'il s'agisse de l'homosexualité (qui apparament va de paire avec la contrainte), du monde occidental centré sur son petit nombril (cf les scènes avec les journalistes tous groupés sur le même sujets), de la chasse aux immigrés (qui tourne au jeu dans l'hotel), tout y passe...

En face, dans le rôle d'Ulysse-Elias, on a un bel Appolon, bien elevé (mais qui découvre l'usage du couteau et de la fourchette à Paris...) qui ne réussira sa quête qu'en étant aidé par ses contemporains TOUS intéressés et peu inspiré. Bref, on ne peux que se sentir ennuyé devant ce gentil qui voudrait se rendre à Paris alors que tant de policier l'en empeche et que tant de gens l'exploite au passage (que ce soit en le faisant travailler pour une bouchée de pain, pour son corps, etc...).

Bref, ce voyage ne m'a émue qu'à de trop rare moment (enfin, surtout un : lorsqu'il rencontre un de ses compatriote) et le reste du temps, j'ai eu l'impression d'une charge dans le vide. Il aurait été plus intéréssant de voir l'avant ou l'après voyage : qu'est-ce qui pousse à s'exiler ? le rêe d'une vie meilleure mais à quel prix... qu'est-ce qu'on ressent lorsqu'on déchante une fois sur place et qu'on voit que la vie ici n'est pas forcément meilleure que la vie dans sa patrie d'origine (ou alors, a quel prix) ? Voilà quelque chose d eplus intéressant que ce "gentil sans papier contre le reste du monde" filmé par un cinéaste que j'ai connu plus inspiré.

La parole est à antoine pour vous expliquer pourquoi il a adorer mais, perso, je ne vous conseil pas du tout ce film ;-)
.O.


Première :
¤
 
Studio Ciné Live :
#
.O.
(...) comme paralysé par son sujet, Costa-Gavras ne trouve hélas jamais le ton pour exprimer son message humaniste. (...) On aimerait être enragé, ému, tenu en haleine. Mais le film glisse sous nos yeux sans laisser de trace.
.O.

Posté le : 15.03.2009
Auteur : Antoine
Note :

Allez, puisque je suis obligé de donner mon avis...
C'est un bon film, à voir. Tout est montré à sa juste mesure, rien n'est exagéré. Les gens sont aussi intéressés par leur nombril que dans la réalité. Tous apportent un peu d'aide mais attendent en retour le débit plus les intérêts. Le tout sans entourer les éléments importants de surligneur jaune fluo.
Bref j'ai aimé, même si c'est moins bon que Amen.
Et voilà la contraposée de Xavier :)


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil