Les Liens du sang

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Jacques MAILLOT
Acteurs :
  Guillaume Canet, François Cluzet, Clotilde Hesme....
     
Genre :
  Policier
Durée :
  1 h 40
Date de sortie :
  06/02/2008
Titre original :
  Les Liens du sang
     
Note "critique" :
  1,66
 Classement 2008
  118 / 127

Résumé :
.O

xx
.O
Lyon, années 70. Un inspecteur de police attend la sortie de prison de son frère, condamné 10 ans plus tôt pour meurtre et banditisme. Des retrouvailles difficiles mais chacun veut redémarrer une nouvelle vie. Fraternité, destins croisés et opposés : le réalisateur de « Nos vies heureuses » s’inspire d’une histoire vraie et atypique aux personnages attachants.
.O.

Xavier
0

.O.
13/02/2008
Note pour plus tard... écouter plus attentivement les conseils de Nicolas, un copain du badminton, qui avait laissé ce commentaire sur le blog de Tith : « Bon je viens d’aller voir ce soir ''les liens du sang'' et ben si vous avez l’occasion de pas y aller, ne loupez pas cette occasion :-)) ».

Alors, qu’est-ce que ça donne ce film « tiré d’une histoire vraie » (en général le truc qu’on ne met pas en avant si on a confiance en son film) ? Une sorte de « La nuit nous appartient » à la française avec deux frères, un flic un voyou et au milieu une histoire d’amour impossible le tout filmé en mode « revival » avec images pas terribles et décors + costumes en version années 80. pour servir ce kouglof peu digeste, Guillaume Canet et François Cluzet, le second étant un peu plus convaincant que le premier mais pas de beaucoup.

L’histoire tourne au ralenti et les rares bons moments sont ceux où la famille est réunie (il y a une sœur en plus) ou lorsque Cluzet voit sa femme… pour le reste ça n’avance pas et l’atmosphère est loin d’être au rendez-vous ce qui donne un film soporifique alors que la cohabitation entre les deux frères devrait donner des étincelles.

Bref, un film oubliable mais si vous voulez tenter votre chance, prévoyez un bon coussin ;-)
.O.


Première :
¤ ¤ ¤
 
Ciné Live :
# #
.O.
(…) Une tragédie inéluctable pour ce polar classique – ce qui n’a rien de déshonorant- mais auquel manque un rien de souffle.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil