Et puis les touristes

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Robert THALHEIM
Acteurs :
  Alexander Fehling, Ryszard Ronczewski, Barbara Wysocka, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 25
Date de sortie :
  14/05/2008
Titre original :
  Am Ende kommen Touristen
     
Note "critique" :
  2,33
 Classement 2008
  39 / 127

Résumé :
.O

xx
.O
Volontaire pour un service civil, un jeune allemand est affecté à Auschwitz. Il doit s’occuper d’un vieil homme, un survivant resté là après sa libération. Leurs relations sont tendues. Les relations au passé et à la mémoire, au tourisme de masse dans un lieu particulier, à travers l’expérience d’un jeune homme.
.O.

Xavier
@ @

.O.
21/05/2008
Le sujet m’intriguait et le film, qui réfléchit à la transmission du vécu contre la transmission de l’Histoire, à la difficulté de « tourner la page », ou encore à notre vie au quotidien et les conséquences de la routine, sort des sentiers battus ; mais je n’en attendais pas moins du cinéma allemand qui, quand il arrive sur nos écrans, me déçoit rarement, comme le montrent « L’expérience » ou « La vie des autres ».

L’histoire de ce jeune qui débarque à Auschwitz et se retrouve dans un endroit qui voit débarquer des touristes en masse, non pas pour admirer la Tour Eiffel ou la statue de la Liberté, mais pour visiter les camps de concentration et toucher du doigt le « pire » du XXème siècle, permet de parler de quelques thèmes forts avec pas mal de subtilité.

Les relations entre le jeune et une interprète, le frère de l’interprète et enfin un vieux monsieur qui n’a jamais quitté Auschwitz, permettront avec plus ou moins de réussite de faire un état des lieux de la vie dans cette ville, 50 ans après les faits, au moment où la jeune génération de 25 ans (dont je fais partie) a des parents qui n’ont pas connus la guerre, et pas forcement des grand-parents pour raconter cette période. Du coup, cela m’a fait penser à une élève qui m’a dit qu’ils avaient fait un voyage là-bas en 24h (ça fait un peu Disneyland : « tiens regarde, prend des photos et on repart »), pour voir ce qu’on apprend dans les manuels d’histoire à l’école, et donner une « épaisseur » à cela…

Cette partie est la plus réussie du film et, malheureusement, les deux autres sont un ton en dessous : si la relation entre le jeune et l’interprète est « gentille » et permet d’aborder la question de la vie dans une ville qui porte un nom « maudit » depuis ces événement, la relation avec le frère de l’interprète et les difficultés des petites villes de province sont nettement moins convaincantes.

Bref, si vous voulez vous détendre après une semaine chargée, ce n’est pas le film qu’il vous faudra, mais si vous avez envie de voir un peu d’ « histoire » avec une approche différente, et lancer quelques pistes de réflexions sur la façon dont on aborde des événement que l’on ne connaît que via les livres, ce film vous plaira.
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Ciné Live :
# #
.O.
Le réalisateur allemand Robert Thalheim signe un film sensible et pudique sur la transmission de la mémoire.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil