Blindness

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Fernando MEIRELLES
Acteurs :
  Julianne Moore , Mark Ruffalo , Alice Braga, ...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  2 h 00
Date de sortie :
  08/10/2008
Titre original :
  Blindness
     
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2008
  75 / 127

Résumé :
.O

xx
.O
Une inexplicable épidémie frappe de cécité les populations. La panique s’installe, les victimes en quarantaine, abandonnées à elles-mêmes, luttent pour leur survie et tombent dans la barbarie. Une adaptation de « L’aveuglement », roman de José Saramanago, montrant la fragilité de notre civilisation et les menaces qui pèsent sur notre survie.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
17/10/2008
Le film qui fait l’ouverture du festival de Cannes donne souvent le ton des festivités, à défaut d’avoir une chance de remporter un prix… Cette année c’était Blindness et son histoire d’aveugles qui, dès avril, avait attiré mon attention (surtout que le réalisateur est celui de « La cité de dieu », un film que j’ai beaucoup apprécié).

Son accueil moyen et sa sortie en octobre évitèrent une trop grande attente de ma part… Ses résultats catastrophiques en 1 ère semaine montrant un certain scepticisme de la part des spectateurs qui semblaient, au vu des premières critiques, aussi tièdes que les pros.

Alors, au final, cela donne quoi ? Le côté « l’homme est un loup pour l’homme » n’est pas nouveau et, malheureusement, Fernando Meirelles tombe dans tous les pièges du film « d’aveugles », avec écran tout blanc ou noir pour nous faire « ressentir » les sensations des personnes qui perdent la vue… ce qui est loin d’être convaincant !.

Il devrait donc se rattraper sur le retournement des positions de chacun, le borgne étant, au final, « avantagé » par rapport à celui qui perd la vue mais moins que l’aveugle de naissance qui lui a appris à développer ses autres sens, ce qui lui donne un avantage certain par rapport à ces « novices ». Là-dessus, on rajoute les rapports humains dans une communauté qui vit en milieu fermé avec, nécessairement, quelqu’un qui prend les rennes pour le bien de la communauté, ou pour son bien personnel, et on obtient un cocktail explosif (déjà vu dans l’excellent « L’expérience »).

Est-ce que le film réussit ce cocktail ? Non ! En gardant un personnage qui voit, on perd une grande partie de l’intérêt du film car cette personne garde un « avantage » énorme sur les autres, et biaise les relations entre les groupes. Car pour moi, une personne armée et aveugle n’a aucune « chance » contre une personne désarmée et voyante…

Bref, Blindness est un film avec des bonnes idées mal développées… Avec, pour les amateurs, une jolie bande son (quoique, sur la fin elle aussi commence à lasser !).
.O.


Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
# # #
.O.
Une réflexion éclairante sur la vue signée avec brio par le réalisateur de « La cité de dieu ».
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil