Cartouche gauloise

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Medhi CHAREF
Acteurs :
  Hamada, Mohamed Faouzi, Thomas Millet, Tolga Cayir, Julien Amaté
     
Genre :
  Comédie dramatique
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  08/08/2007
Titre original :
  Cartouche gauloise
 
Note "critique" :
  2,16
 Classement 2007
  68 / 128

Résumé :
.O

xx
.O
1952, c’est la guerre d’Algérie, le dernier printemps avant l’indépendance. La jeunesse algérienne est en plein tourment. Ali, 10 ans, vendeur de journaux, n’y échappe pas. Le petit garçon se réfugié dans les salles de cinéma. Les déchirures de l’enfance à travers les souvenirs du réalisateur.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
12/08/2007
La guerre d'Algérie... une période que je ne connais pas vraiment (le programme d’histoire au lycée est plutôt light de ce coté là) mais qui m’intrigue (faudrait que je trouve un bon bouquin dessus un de ces quatre).

Après le documentaire/film sur Jacques verges ("l'Avocat de la terreur") et son fameux « pour vous ce sont des terroristes, pour nous ce sont des résistants » qui laissait le spectateur réfléchir, nous avons cette fois la vision de la guerre (enfin, de la fin) à travers les yeux d’un gamin qui vit tout cela d’une façon détachée (il est amis avec des français et des algériens et n’a donc pas de « camp ») mais en même temps pleinement partie prenante (il est algérien et son père est résistant).

Le réalisateur a malheureusement voulu trop en faire et le petit verra la torture des prisonniers, les attentats suicides, les contrôles de police arbitraire, etc… etc… En gros, c’est le syndrome « The Bubble » (sorti il y a un mois et évoquant la vie a Tel-aviv) : on veut tout montrer et c’est limite indigeste : si le réalisateur s’était contenté de narrer les relations à l’intérieur de cette bande de copain qui se désagrége au fur et a mesure que les « français » regagnent le continent, la violence des attaques verbales entre gamins oublié deux secondes plus tard autour d’un ballon de foot, ou la ségrégation qu’il existait entre les français et les algériens, le film aurait été tout aussi pertinent et aurait gagné en force.

Bref, un film sûrement sincère (le réalisateur a vécut cette période et avait l’age du petit « héros ») mais à vouloir trop en faire Medhi Charef se perd un peu. Dommage mais c’est un premier film ce qui explique peut-être cela…
.O.

Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
# # #
.O.
La fin de l’Algérie française vue à travers les yeux d’Ali, enfant du pays, et les souvenirs de son metteur en scène.
.O.

Posté le : 15.01.2009
Auteur : Yann
Note :
Pareil
Je suis (une fois n'est pas coutume, loin s'en faut) assez d'accord avec toi. Il eut été nettement plus intéressant de nous parler plus en détail l'évolution des relations entre les gamins, plutôt que d'essayer de tout nous montrer. On a un peu trop l'impression que le héros est toujours au mauvais endroit au mauvais moment: tortures, attentats, répression... on voit un peu de tout, mais il manque l'essentiel.
Ali, le héros, a l'air complètement insensible face à l'horreur de ce qu'il voit. Après avoir vu son père emmené de force, et torturé (entre autres atrocités, mais il y en a de bien pires), il rentre sagement à la maison... On a vraiment du mal à y croire. Que ressent-il ? Où sont passées ses émotions ? Mystère.
Pour moi, ce film passe assez largement à côté de ce qui aurait pu faire sa force. C'est bien dommage, car les acteurs sont plutôt bons.


Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil