Shooting dogs

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Michael CATON-JONES
Acteurs :
  John Hurt, Hugh Dancy, Claire-Hope Ashitey...
     
Genre :
  Drame
Durée :
  1 h 55
Date de sortie :
  08/03/2006
Titre original :
  Shooting dogs
 
Note "critique" :
 
3,00
 Classement 2006
  2 / 109

Résumé :
.O

xx
.O
Au Rwanda, un prêtre catholique anglais, installé depuis plusieurs années à Kigali, se lie d'amitié avec un jeune coopérant nouvellement arrivé. Ils sont bientôt confrontés au génocide, un évènement qui les oblige à affronter leurs convictions. S'appuyant sur des faits réels et les récits de survivants, un film témoignage.
.O.

Xavier
@ @ @ @

.O.
15/03/2006
Après Hôtel Rwanda qui m'avait vraiment marqué l'année dernière, voici la version anglaise (film "sponsorisé" par la BBC) du génocide Rwandais. Les lieux sont un peu différents et l'histoire la même (difficile de changer des faits historiques !) sauf que cette fois nous n'aurons pas le droit aux effets spéciaux américains lorsqu’il y a des explosions mais au réalisme britannique lors des scènes de massacre (en passant, l'affichette UGC à la caisse disant texto "des scènes de massacre peuvent heurter les spectateurs" puisque le film n'est pas interdit au -12ans malgré ces scènes m’a, au millième degré, bien fait rire).

Bref, un film plus réaliste qui m’a permis de m’interroger sur le choc que m’avait procuré « Hôtel Rwanda » : en voyant « Shooting Dog » j’ai compris pourquoi j'avais été si étonné d'être "choqué" en voyant le premier film, pourquoi je m’étais dégoûté en me disant qu'à l'époque on voyait tout cela au JT en se disant "ah oui, ils se sont encore tapé sur la gueule" : bien qu'Hôtel Rwanda date de l'année dernière, il y a des moments où je revoyais les mêmes images et je me disais "tiens, il va se passer ça" et les images immédiatement m’apparaissaient moins brutales, plus « banale » (même si le mot n’est pas approprié) tout cela car je les avais déjà vues 6 mois avant dans un autre film alors quand c'était deux fois en 24h....

Enfin je m'égare et, pour revenir au film, il est très bien même si je le situerais un petit peu en dessous d'Hôtel Rwanda. Il faut dire que cette fois les deux "héros" (dans le sens, personne que l'on suivra du début à la fin) sont des blancs et j’ai trouvé cela un peu "gênant" car, quand ils se posent des questions, on se dit plus "ils réfléchissent comme des blancs au milieu d'africains" (ce qui n’est pas raciste puisqu’il est fait directement allusion à cela dans le film).
Bref, le film est moins poignant jusqu'à ce générique de fin où je dois avouer que, si j'avais été à la maison, je crois que j'en aurais pleuré tellement cela serre le coeur... Je m’explique : à la fin du film, juste avant le générique, le réalisateur remercie les survivants de ces massacres d'avoir aidé à faire ce film (il est précisé au début qu'il est tourné sur les lieux mêmes des faits) et il fait défiler à l’écran des photos avec comme légende le poste occupé par la personne dans l’équipe du film mais aussi le nombre de parents perdus lors du génocide et/ou la façon dont eux ont réussi à y échapper (parfois cachés sous les corps des gens de leur propre famille)... ces photos défilent et on voit ces personnes avec le sourire sur le tournage, heureux d'être là et moi, tout con assis dans mon siège d'un cinéma parisien, je me disais : comment quand on a VU ça, quand on a VECU ça, on peut ne pas être traumatisé à vie ?
.O.


Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
# # #
.O.
Les premières heures du génocide rwandais vues par deux blancs pris dans les filets de l'Histoire. Une tragédie sobrement poignante, inspirée de faits et de personnages réels.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil