Kingdom of Heaven

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Ridley SCOTT
Acteurs :
  Orlando Bloom, Liam Neeson, David Thewlis ...
     
Genre :
  Aventure
Durée :
  2 h 35
Date de sortie :
  04/05/2005
Titre original :
  Kingdom of Heaven
Note "critique" :
  2,33
 Classement 2005
  65 / 95

Résumé :
.O

xx
.O
A la disparition de sa femme et de son enfant, un jeune forgeron découvre en même temps qu'il est le fils d'un chevalier. Celui-ci, baron du roi de Jérusalem, lui demande de l'accompagner en terre sainte. Leur mission : maintenir la paix à Jérusalem. Les Croisades, les chevaliers et leur idéal : par le réalisateur de "Gladiator", une fresque historique.
.O.

Xavier
@

.O.
12/05/2005
Un film qui se divise en deux parties : la première, style « Gladiator au rabais » nous montre comment un gentil forgeron qui viens de perdre sa femme et son enfant apprend à combattre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire (ça c'est le syndrome Matrix... mais là, j'ai pas vu quand on lui a chargé le programme dans la tête au gentil Orlando Bloom). Les décors font horriblement toc et l'histoire du père retrouvé qui emmène son fils avec lui vers Jérusalem est limite risible.

Si la seconde partie conserve certain de ces défauts avec toujours cette faculté exceptionnelle à apprendre de notre chevalier (et hop, je te remet une ville sur pied en me mélangeant aux habitants et en courant en panta-court ! ou alors tiens, j’ai fait des études militaires et je sais tendre des pièges super subtils) mais heureusement, lorsque le film s’écarte de ce héros a deux sesterces pour s’intéresser aux relations entre le roi Baudouin et Saladin on gagne en "hauteur".

Car le film montre comment 2 souverains qui avait une haute estime l’un de l’autre ont permis (véridique) d'instaurer une trêve durable durant laquelle les trois grandes religions monothéistes étaient pratiquées librement à Jérusalem. Cette trêve instable permet de développer les intrigues entre le jeune Balian (enfin a sa place) et Guy De Lusignan (délicieusement con et borné) tous les deux au "service" du roi Baudoin ce qui tire le film de l’ennui profond suscité par l’ascension sans faille de Balian-Bloom.

Au final, Ridley Scott ne réédite pas le coup de "Gladiator" qui avait remis au goût du jour les grand film historique... il nous fait un sous-produit qui, venant de lui, n'en est que plus amer...
.O.

Première :
¤ ¤ ¤
 
Ciné Live :
# # #
.O.
Les Croisades selon le réalisateur de Gladiator et Blade Runner. Une fresque historique pas aussi flamboyante et aboutie qu'elle aurait du l'être, en dépit de plusieurs morceaux d'anthologie qui s'inscrivent dans l'histoire du genre.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil