Ni pour, ni contre (bien au contraire)

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Cédric KLAPISCH
Acteurs :
  Marie Gillain, Vincent Elbaz, Zinédine Soualem, Simon Abkarian, Dimitri Storoge...
     
Genre :
  Thriller
Durée :
  1 h 50
Date de sortie :
  05/03/2003
Titre original :
  Ni pour, ni contre (bien au contraire)
     
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2003
  103 / 124

Résumé :
.O

xx
.O
Caméraman pas très motivée, une jeune fille rencontre un mauvais garçon et se laisse éblouir par la vie facile qu'il mène. Devenue la mascotte de la bande, elle se décide un jour à participer à un gros coup, le dernier, celui qui lui permettra de vivre à l'aise.Vrais voyous, vrais potes, vrais durs et au milieu de cet univers de mecs, une jeune femme qui se fraye son chemin, perdant son innocence.
.O.

Xavier
@

.O.
22/03/2003
Je suis le premier a trouvé bidon les américains lorsqu'ils choisissent de "gommer" des images du World Trade Center dans Spider-Man (alors que les extraits les avaient montré 150 000 fois), car c'est un film fantastique et, de voir ce bâtiment, n'a pas de raison de déclencher des réactions spectaculaires chez les spectateurs. Par contre, lorsqu'ils décident de repousser la sortie de la version moderne d'Othello (transposée dans un lycée et se finissant par une fusillade) car l'actualité dépasse la fiction, je dois dire que j'étais plutôt pour.

De voir "Ni pour, ni contre (bien au contraire)" ne fait que confirmer cette impression car, dans un cadre réaliste, Cedric Klapisch montre une bande de joyeux malfrats s'attaquer à une entreprise de transport de fonds et, bien qu'aucune scène n'utilise la manière forte que n'hésitent plus à utiliser les véritables bandits, cela met mal à l'aise. Surtout que, dans un excès de réalisme, Klapisch nous montre que ça marche (!)....

Sinon, au niveau de l'histoire, rien de bien transcendant : une fille qui arrive au milieu d'une bande de gars et va, au final, se montrer la plus "dure" de tous, un dernier coup que personne ne veut faire, mais auquel tout le monde participe et qui finira mal... tous les poncifs y passent et rien de révolutionnaire ne permet de dépasser cette lecture. Pire : les répliques du style : « toi tu es blanche a l'extérieure et un peu noir à l'intérieur et moi je suis noir a l'extérieur et un peu blanc à l'intérieur »... ça fait mal !...

Autre problème de ce film : je n'ai pas pu m'empêcher de le comparer à "Sur mes lèvres" qui racontait aussi l'histoire d'une fille bien sous tout rapport qui changeait de mode de vie (quel euphémisme !). Marie Gillain dans un rôle similaire à celui d'Emmanuelle Devos n'est pas à son avantage : comment croire qu'elle peut braquer des banques sur les champs Elysées à plusieurs reprises sans être inquiété alors qu'elle n'est pas à visage couvert ? son personnage est comme cela, dessiné sans beaucoup de subtilité : elle était toute gentille, et en deux minutes deviens la N°1 des braqueurs en tout genre.... Coté acteurs Zinédine Soualem et Simon Abkarian en chorégraphe pour le premier et restaurateur kebab pour le second sont attachant tandis que Vincent Elbaz, initiateur de Marie Gillain parait trop "je sais tout" et donc factice.

Bref, Ni pour, ni contre (bien au contraire) ne m'a vraiment pas convaincu mais, après "L'auberge espagnole", Cedric Klapisch avait fort à faire pour me satisfaire ;-).... c'est donc remis à une prochaine fois, ce film restant un essai de film de genre, à mon avis, foncièrement raté.
.O.

Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
# # #
.O.

Héroïque, Cédric Klapisch réussit à revigorer le polar à la française sans perdre son sens de la répartie et de l'enthousiasme humaniste. Bravo pour le coup de poker.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil