Monique

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Valérie GUIGNABODET
Acteurs :
  Albert Dupontel, Marianne Denicourt, Philippe Uchan, Marina Tomé...
     
Genre :
  Comédie
Durée :
  1 h 30
Date de sortie :
  21/08/2002
Titre original :
  Monique
     
Note "critique" :
  2,33
 Classement 2002
  6 / 95

Résumé :
.O

xx
.O
Un objet sans vie, va briser la routine d'un couple, car cet objet possède des mensurations parfaites, un sourire permanent, une santé à toute épreuve et se prénomme Monique. Pour son premier film, cette réalisatrice de séries télé offre les seconds rôles à ses acteurs et le rôle principal à un mannequin de métal et de silicone.
.O.

Xavier
@ @ @ @

.O.
26/08/2002
Ahhhhhh.... Monique : le film de cet été, et pourquoi pas de cette fin d'année!

Je n'avais pas lu grand chose sur le film avant d'y aller, condition en générale assez bonne pour adorer un film et ce fut le cas cette fois encore : si au départ j'ai eu peur qu'Albert Dupontel nous fasse son petit numéro de "gars-qui-parle-pas-et-reste-toujours-en-retrait-mais-n'en-pense-pas-moins" j'ai vite été soulagé : lui comme toute la bande d'acteurs est vraiment formidable jouant sur un scénario malicieux et caustique. Cette histoire de poupée gonflable.. euh pardon, moulée ! - petite ritournelle qui n'a pas fait rire Ciné Live mais qui a bien pris dans la salle ou j'étais (400 personnes présentes tout de même) au point de reprendre en choeur une personne qui posait une question à la réalisatrice en utilisant un vocabulaire inadequate :-) ) - m'a vraiment fait beaucoup rire et le scénario est vraiment bien ficelé car tout en restant assez classique il arrive grace à cette poupée à mettre les personnages dans des situations jamais vue auparavant.

Bref, Monique est un petit bijou d'humour corrosif et festif, qui tape autant sur les hommes que sur les femmes (la réalisatrice nous a d'ailleurs confiée qu'elle ne comprennait pas pourquoi on avais accusé son film d'être misogyne car elle tape autant sur les deux), et qui apporte une bonne dose de bonne humeur.

Pour couronner le tout, j'ai donc eu la chance d'assisté à une séance ou la réalisatrice et un des comédiens étaient présent. Cette dernière a eu la bonne idée de ne pas trop dévoiler le film lors de la présentation et à préferer revenir à la fin pour répondre aux questions des spectateurs pendant plus d'un quart d'heure. Quand on lui a demandé à quel film elle pensait en faisant Monique elle a répondu qu'elle avais eu 3 sources d'inspirations : Didier d'Alain Chabat car, pour vendre un film au distributeur avec une poupée gonflable dans le rôle principal c'était pas facile mais elle pouvait dire qu'un film avec Alain Chabat faisant le chien avait bien marché !!!, American Beauty (j'avoue que là, elle m'a touché en plein coeur ;-) ) et, même si la référence était écrasante et qu'elle osait a peine le dire Almadovar pour tout ce qui concerne les relations humaines. Sinon, elle nous a parlé de Monique, ce personnage a part entière qui n'étais pas forcément très causant mais qui faisait parlé autour d'elle !.

Valérie Guignabodet m'a même parler personnellement à la fin (rires !) lorque je lui ait dit que j'adorais son film mais qu'un petit passage me génait : lorsque le père de Dupontel va au Parc des princes et meurt ensuite, car je trouvais que l'idée de mourir juste après avoir accompli son rêve était un peu utopique. La réalisatrice m'a fait remarqué qu'elle était aussi la scénariste et donc qu'elle ne pouvait que defendre ce passage car elle l'avais écrit en pensant a quelqu'un qu'lle connaissait qui était malade et qui était aller au mariage de son fils contre l'avais des medecins. Lorsque je lui ait demandé si il était mort deux jours après, elle m'a répondu que non (un point pour moi), mais six mois après. Je n'ai pas disserté sur le rapport de cause à effets qui n'étais pas evident à mes yeux car elle était pressé par les gens d'UGC pour vider la selle, la séance de 22 h 30 devant commencer. Elle m'a juste dit qu'elle trouvait cette idée jolie, de ne pas finir sa vie en s'étiolant (sic) et donc qu'elle ne regrettais pas d'avoir écrit ce passage.
.O.

Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
#
.O.
Une comédie cul-cul qui cherche son ton et son unité sans la trouver, au message discutable et à l'humour sporadique. On peut éviter.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil