Le pianiste

xxx
xxx
 
Réalisateur :
  Roman POLANSKI
Acteurs :
  Adrien Brody, Thomas Kretschmann, Ed Stoppard, Emilia Fox, Franck Finlay...
     
Genre :
  Drame psychologique
Durée :
  2 h 30
Date de sortie :
  25/09/2002
Titre original :
  The Pianist
     
Note "critique" :
  2,00
 Classement 2002
  59 / 95

Résumé :
.O

xx
.O
En 39, lorsque l'Allemagne envahit la Pologne, un jeune pianiste est contraint de vivre dans le ghetto de Varsovie. C'est là qu'il verra pour la dernière fois les siens et beaucoup d'autres, réussissant toujours à passer à travers les amilles du filet, jusqu'à la liberation du pays. Les mémoires de Wladyslaw Szpilman permettent à Polanski, l'enfant du ghetto de Cracovie, de réaliser le plus personnel de ses films. Palme d'or à Cannes 2002.
.O.

Xavier
@ @ (-)

.O.
21/10/2002
Alors c'est ça la palme d'or 2002 ? je veux bien que tout cela soit subjectif, mais tout de même, il y a souvent une floppée de film qui chaque année sont bien meilleurs que cette fameuse palme... et cette année n'échappe pas à la règle!.

Enfin, revenons en au film en lui-même : ce pianiste est assez tristounet : evidemment, il parle de la guerre, donc c'est normal, mais on ne rentre quasiment pas dans le film et l'histoire de ce pianiste à du mal à vraiment nous toucher. En effet, si l'histoire est belle, on sait déjà que ce pianiste va survivre donc ce qui va nous interessser, c'est la grande chaine de solidarité qui va lui permetre de subsister pendant ces 5 longues années. Malheureusemnt, on ne la touche que du bout des doigts, en ne voyant que les personnes qui viennent lui apporter des vivres où l'aider à se loger. A partir de là, le film, qui dure 2 h 30, laisse parfois ds impressions de deja vu : c'est la même chose qui se repète, se repète, se repète... Quand le pianiste sort des différents lieux ou il est cloitré, c'est pour marcher dans un Varsvie detruit de telle manière qu'on vois tout le boulot des maquetistes !...

Bref, ce film ne marquera pas l'histoire du cinéma, et les motivations du jury du festival de Canne spour lui accorder la palme d'or me paraissent bien obscur.
.O.

Première :
¤ ¤
 
Ciné Live :
# #
.O.
Académisme à tout crin pour ce film voulu monumental mais désincarné, d'une grande beauté visuelle mais à travers lequel l'émotion à bien du mal à filtrer.
.O.

Ajouter un commentaire

Votre note :

0
1
2-
2
2+
3
4
Nom :
E-mail :
Votre site web :
Titre :
Commentaire :
:)   :)
:(   :(
:grr:   :grr:
?!?   ?!?
Veuillez recopier ce code (4 lettres) :

Retour Accueil